fbpx

Yohan Rosso : une nouvelle Coupe du Monde

Pour cet évènement majeur du basketball, l’Équipe de France ne sera pas la seule représentante de l’hexagone à fouler les parquets chinois lors de cette Coupe du Monde. En effet, deux officiels tricolores, Yohan Rosso et Chantal Julien, ont été désignés par la FIBA sur la compétition.

Après sa désignation, en 2018, par la FIBA pour siffler la finale de la Coupe du Monde féminine à Tenerife, qui a opposé les Etats-Unis à l’Australie, c’est maintenant au tour de la Coupe du Monde masculine. Une belle consécration pour l’arbitre tricolore qui ne cesse de briller sur les terrains internationaux. Il fait donc partie des 56 arbitres de la compétition.

Une sélection des officiels très soignée

Ce sont 56 arbitres issus de 40 pays différents, des cinq Zones de la FIBA. Ils sont âgés de 26 à 49 ans et ils ont une moyenne de 9.5 années d’expérience comme arbitres FIBA. 

La sélection s’est basée sur des évaluations individuelles des performances de chacun d’entre eux au cours des deux dernières années dans les diverses compétitions FIBA de clubs et des équipes nationales.

FIBA

Comme l’explique la FIBA, ce groupe d’arbitres est riche d’un très grand niveau d’expertise, puisqu’ils ont tous pris part soit aux Éliminatoires pour la Coupe du Monde, soit à des Coupes continentales, soit à des Coupes du Monde et/ou à des JO. De plus, certains ont même arbitré en NBA.  

Une compétition importante pour Yohan Rosso

Yohan Rosso s’inscrit donc dans la grande lignée d’arbitres ayant officiés sur un Mondial masculin mais surtout sur la liste prestigieuse des arbitres ayant officié une finale mondiale :

  • Robert Blanchard : Finale masculine Jeux Olympiques 1956
  • Jean-Claude Bois : Finale féminine Mondial 1979
  • Yvan Mainini : Finales masculines Mondial 1982 et 1986
  • Philippe Mailhabiau : Finale féminine Mondial 1994
  • Chantal Julien : Finale féminine Mondial 2002, Finales féminines Jeux Olympiques 2004 et 2008
  • Eddie Viator : Finale masculine Mondial 2014 et finale féminine Jeux Olympiques 2016
  • Yohan Rosso : Finale féminine Mondial 2018

Ce nouveau Mondial est peut-être pour lui l’occasion de décrocher une nouvelle finale, cette fois-ci masculine. Nous lui souhaitons de tout coeur. D’ailleurs, Yohan nous livre ses ressentis sur cette Coupe du Monde quelques heures avant le début de la compétition :

Je suis honoré d’être convoqué sur cette coupe du monde. C’est beaucoup de travail et de sacrifices pour en arriver là mais comme je souhaite faire la meilleure compétition possible, j’évite de penser aux enjeux ou autres facteurs qui pourraient mettre une pression inutile. La compétition commence dans quelques heures et j’aborde ce premier match comme un match de basket tout à fait normal. L’important est d’avoir le moins d’émotion possible pour pouvoir être calme et prendre les bonnes décisions, se concentrer sur le moment présent. Il y a bien sûr une petite excitation à l’approche du match mais c’est positif car c’est léger. 
Je vais aller sur le terrain et faire mon travail du mieux possible. La préparation a été bonne donc c’est de bonne augure.

Yohan Rosso

Une appréhension et une préparation de chaque match qui ne diffèrent pas des habitudes du français :

J’essaie d’appréhender chaque match de la même façon et ne pas faire de différence entre le match d’aujourd’hui, un match de jeune ou un match de Jeep Élite. Certaines personnes ont une motivation variable en fonction du niveau de match sur lequel ils arbitrent ou en fonction du standing de la compétition, j’étais un peu comme ça par le passé mais j’ai beaucoup travaillé là dessus… Un bon arbitre se doit d’apporter un bon arbitrage quelque soit le niveau sur lequel il arbitre. 

On dit souvent que c’est dans les matchs sans importance qu’on voit la valeur de l’arbitre sur le sérieux qu’il peut avoir. L’arbitrage est une activité où on est seul face avec soi même 80% du temps… Si on travaille seulement en match ou seulement lorsqu’on a un observateur ou seulement lorsqu’on est obligé, on ne travaille que 20% de ce qu’on doit faire. On dit qu’ « il est mieux d’être préparer et prêt pour une opportunité qui ne viendra pas, plutôt que d’avoir cette opportunité et ne pas être prêt »

Yohan Rosso

L’arbitre français compte bien respecter des routines précises pour optimiser ses performances durant les matches, mais cela commence bien avant un match :

J’ai mes petites routines d’avant match : scouting (prendre des infos sur les équipes, les joueurs et le contexte du match), sieste, douche, café…

Sur le terrain, j’ai une routine d’exercices qui me permet de faire monter mon rythme cardiaque assez haut en peu de temps. 

Pendant le match, je prends les actions une par une en essayant de respecter mes fondamentaux du mieux possible (se positionner correctement, adapter sa position, avoir une distance appropriée par rapport à l’action, juger à l’arrêt).

Yohan Rosso

Nous remercions vivement Yohan pour nous avoir partagé ces quelques mots, quelques heures avant son entrée dans la compétition. Nous lui souhaitons (que) le meilleur et espérons le voir le plus haut possible dans la compétition !